Nos Parutions

Vu dans la presse et entendu à la radio

image voici article olivier patriceimage sunalpes partenaire chronique beaute

Notre boutique devient partenaire de la chronique beauté de Sunalpes !

Olivier Victoria bijouterie argent 925
Une brève histoire des cristaux et de la guérison

Une brève histoire des cristaux et de la guérison

Il est juste de dire que depuis que nous existons en tant qu'espèce, nous avons une attirance avec les pierres et les cristaux. L'utilisation de talismans et d'amulettes remonte aux débuts de l'humanité, bien que nous n'ayons aucun moyen de savoir comment les premiers de ces objets étaient perçus ou utilisés. En Russie, à Sugir, on a retrouvé les traces d'exhumation de perles sculptées en ivoire datant du Paléolithique, c'est-à-dire 60 000 ans. On retrouve aussi des perles fabriquées par les hommes à partir de dents de requins et de coquillages.

Les amulettes 

Les amulettes les plus anciennes sont en ambre de la mer baltique, certaines datant d'il y a 30 000 ans. Des perles d'ambre ont été découvertes en Grande-Bretagne qui daterait d’il y a  10 000 années en fin de dernière période dite glaciaire. Cette distance incroyable pour atteindre la Grande-Bretagne montre la valeur de ces amulettes pour les gens de cette époque. Le jais était également populaire : on a d’ailleurs retrouvé des perles, bracelets et aussi des colliers faits de jais dans des tombes paléolithiques en Suisse et en Belgique. Il existe même des mines de malachite dans le Sinaï depuis 4000 avant JC.

Les amulettes ont été interdites par l'Église chrétienne en 355 après J.-C., mais les pierres précieuses ont continué à tenir un important rôle, le saphir étant la pierre préférée pour les bagues ecclésiastiques au 12e siècle. Marbodus, l'évêque de Rennes au XIe siècle, affirmait que l'agate rendait celui qui la portait plus agréable, plus persuasif et plus favorable à Dieu. Il existe également de nombreuses références symboliques, comme l'escarboucle qui représente le sacrifice du Christ.

Bracelet Ambre Et Son Signe Astrologique En Argent 925

Les références historiques sur l’utilisation des pierres naturelles

Les premières références dans l’histoire sur l'utilisation des cristaux proviennent des anciens Sumériens, qui incluaient des gemmes naturelles dans leurs formules magiques. Les anciens Égyptiens utilisaient le lapis-lazuli, la turquoise, la cornaline, l'émeraude et le quartz clair dans leurs bijoux. Ils sculptaient également des amulettes funéraires avec ces mêmes pierres précieuses. Les anciens Égyptiens utilisaient les pierres naturelles principalement pour la protection et la santé. La chrysolite (traduite plus tard par topaze et péridot) était utilisée pour éviter les cauchemars et purger les mauvais esprits. Les Égyptiens utilisaient également les cristaux à des fins cosmétiques. La galène (minerai de plomb) était réduite en poudre et utilisée comme fard à paupières. La malachite était utilisée de manière similaire. Les pierres vertes en général étaient utilisées pour symboliser le coeur du défunt et étaient incluses dans les sépultures. Dans le Mexique antique, ces mêmes pierres étaient utilisées de manière similaire, pour honorer les défunts.

Les Grecs anciens attribuaient des vertus aux cristaux et de nombreux noms que nous utilisons aujourd'hui sont d'origine grecque. Le mot "cristal" provient de la langue grecque signifiant "glace", car on croyait que le quartz clair était de l'eau qui avait gelé si profondément qu'elle resterait toujours dans son état solide. L’améthyste signifie "pas ivre" et se portait en amulette afin de ne pas tomber ivre ou ressentir une gueule de bois. Quand à l’hématite, elle évoque le sang du fait de sa coloration rougeâtre qui apparait lorsqu'elle s'oxyde. L'hématite est un minerai fait de fer ; les Grecs anciens associaient le fer au Bélier, le dieu de la guerre. Les soldats grecs se frictionnaient le corps avec de l'hématite avant la bataille, apparemment pour se rendre invulnérables. Les marins grecs pour être protégés et en sécurité en mer portaient sur eux différentes amulettes.

Le jade était très apprécié dans la Chine ancienne et certains caractères écrits en chinois représentent des perles de jade. Des instruments de musique sous forme de carillons étaient fabriqués en jade. On sait même qu’il y a maintenant mille, les empereurs de Chine se faisaient pour certains enterrer dans une armure constituée avec de la pierre de jade. Il existe des sépultures avec des masques en jade datant d'environ la même période au Mexique. Cette pierre était pour aider à ce que les reins guérissent, tant en Chine qu'en Amérique du Sud. Plus récemment - il y a environ 250 ans, le peuple de Nouvelle-Zélande, les Maoris portaient des colliers en jade. Ces pendentifs représentaient les esprits des ancêtres, ils se transmettaient de génération en génération dans la lignée masculine. La tradition selon laquelle les pierres vertes portent bonheur se poursuit encore aujourd'hui dans certaines régions de Nouvelle-Zélande.

Bague Fleur De Lys En Hématite Et Argent 925

Les cristaux de pierre naturelle dans la religion 

Les cristaux et les pierres précieuses ont joué un rôle dans toutes les religions. Ils sont mentionnés dans la Bible, dans le Coran et dans de nombreux autres textes religieux. L'origine des pierres de naissance est la cuirasse d'Aaron, ou cuirasse du grand prêtre, mentionnée dans le livre de l'Exode. 

Dans le Coran, le 4e ciel est composé d'escarboucle (grenat). 

L'arbre Kalpa, qui représente une offrande aux dieux dans l'hindouisme, serait entièrement fait de pierres précieuses et un texte bouddhiste du VIIe siècle décrit un trône de diamants situé près de l'arbre de la connaissance (le margousier sous lequel Siddhartha a médité). Sur ce trône reposaient mille bouddhas de Kalpa. 

Le Kalpa Sutra, dans le jaïnisme, parle de Harinegamesi, le divin commandant des troupes à pied qui s'empara de 14 pierres précieuses, les nettoya de leurs qualités inférieures et ne conserva que leur essence la plus fine pour faciliter ses transformations.

Il existe également un ancien traité lapidaire sacré: le Ratnapariksha de Buddhabhatta. Certaines sources affirment qu'il est hindou mais il est plus probablement bouddhiste. Sa date est incertaine, mais il date probablement du XIème siècle. Dans ce traité, les diamants occupent une place importante, en tant que roi des pierres précieuses, et sont classés en fonction de la caste. Le mot sanskrit est utilisé pour le mot diamant. “Vajra” est aussi le mot pour la foudre de la déesse hindoue Indra et les diamants sont souvent associés au tonnerre. Le rubis était également très vénéré. Il représentait une flamme inextinguible et était censé préserver la santé physique et mentale de celui qui le portait. Le traité énumère de nombreuses autres pierres précieuses et leurs propriétés.

Pendentif Andromède Péridot En Argent 925

La Renaissance 

En Europe, du XIème siècle à la Renaissance, on a retrouvé des traités médicaux vantant les mérites des pierres de lithothérapie (en parlant des pierres naturelles ou encore précieuses ou semi) dans le traitement de certaines maladies. En général, les pierres étaient utilisées parallèlement aux remèdes à base de plantes. Parmi les auteurs, citons Hildegard von Binghen, Arnoldus Saxo et John Mandeville. Il existe également des références à des pierres possédant des qualités particulières de force ou de protection. En 1232, Hubert de Burgh, le principal justicier d'Henri III, a été accusé d'avoir volé au roi une pierre d’invincibilité et de l'avoir donnée à Llewellyn, le roi de Galles et ennemi d'Henri. On croyait également que les pierres précieuses étaient corrompues par les péchés originels d'Adam, qu'elles pouvaient être habitées par des démons ou que si elles étaient manipulées par un pécheur, leurs vertus disparaîtraient. Par conséquent, elles devaient être sanctifiées et consacrées avant d'être portées. On retrouve aujourd'hui des réminiscences d’une telle croyance dans les procédés visant à purifier et programmer les pierres de lithothérapie avant leur utilisation.

À la Renaissance, la tradition de l'utilisation des pierres précieuses dans la guérison était encore acceptée, mais les esprits curieux de l'époque ont cherché à découvrir comment le processus fonctionnait réellement et à lui donner une explication plus scientifique.

Les débuts de la guérison par le cristal 

En 1609, Anselmus de Boot, médecin de la cours de Rudolf II d'Allemagne, suggère que toute vertu d'une pierre précieuse est due à la présence de bons ou de mauvais anges. Les bons anges conféraient une grâce particulière aux pierres précieuses. En revanche, les mauvais anges tentaient les gens de croire en la pierre elle-même, et non aux dons de Dieu qui lui sont accordés. Rudolf II d’Allemagne poursuit en désignant certaines pierres comme utiles et en mettant les qualités d'autres pierres sur le compte de la superstition. Plus tard dans le même siècle, Thomas Nicols a exprimé dans son livre "Faithful Lapidary" que les pierres précieuses, en tant qu'objets inanimés, ne pouvaient pas posséder les effets revendiqués dans le passé. Ainsi, au siècle des Lumières, l'utilisation des pierres précieuses pour la guérison et la protection a commencé à tomber en disgrâce.

Au début du XIXe siècle, un certain nombre d'expériences intéressantes ont été menées pour démontrer les effets des pierres sur des sujets qui se croyaient clairvoyants. Il est ressorti de cela une personne qui a pu indiquer avoir ressenti à la fois du changement au niveau physique mais aussi sur le plan émotionnel au contact des différentes pierres utilisées, de même qu’en ce qui concerne ses sens liés au goût et à l’odorat.

Signification des cristaux et des pierres précieuses 

Bien qu'elles ne soient plus utilisées à des fins médicales, les pierres précieuses continuent à avoir une signification. Jusqu'à récemment, le jais était très souvent porté par les personnes en deuil. D’un autre coté le grenat était souvent porté en temps de guerre. Il y a une tradition dans une famille locale dans le sud-ouest de l'Angleterre : chaque descendante porte un collier antique en pierre de lune pour son mariage, qui est dans la famille depuis des générations. Ce n'est que récemment qu'un membre de la famille a réalisé qu'il s'agissait d'un symbole de fertilité.

De nombreuses cultures tribales ont continué à utiliser des pierres précieuses pour la guérison jusqu'à très récemment. La tribu Zuni, au Nouveau-Mexique, fabrique des fétiches en pierre, qui représentent les esprits des animaux. Ceux-ci étaient "nourris" de manière cérémoniale avec de la turquoise en poudre et du maïs moulu. De magnifiques fétiches incrustés sont encore fabriqués pour être vendus et constituent des objets ou des sculptures de collection. En revanche, la pratique spirituelle qui les entourait n’est plus guère en usage. D'autres tribus amérindiennes considèrent toujours les pierres précieuses, notamment la turquoise, comme sacrées. Les Aborigènes et les Maoris ont tous deux des traditions concernant les pierres et les pratiques de guérison ou spirituelles, dont certains éléments sont partagés avec le reste du monde, tandis que certaines connaissances sont encore gardées privées au sein de leurs communautés.

Notons que de nombreux exemples de pierres précieuses ayant une signification similaire pour différentes cultures existent, même lorsqu'il n'y a eu absolument aucune interaction entre ces cultures, et aucune possibilité de croisement. Le jade était considéré comme une pierre de guérison des reins par les anciens Chinois, ainsi que par les civilisations aztèque et maya. La turquoise a été portée pour donner force et santé dans le monde entier, et les jaspes ont presque toujours été considéré dans les différentes civilisations pour conférer à la fois force et calme.

Collection Orion : Pendentif Hématite

L'avènement d'une nouvelle ère

Dans les années 1980, avec l'avènement de la culture New Age, l'utilisation des cristaux et des pierres précieuses a commencé à réapparaître comme méthode de guérison. Une bonne part des pratiques provenait des anciennes traditions, avec plus d'informations obtenues par l'expérimentation et la canalisation. Les livres de Katrina Rafaell dans les années 80, et de Melody et Michael Gienger dans les années 90, ont contribué à populariser l'utilisation des cristaux.

Aujourd'hui, il existe un grand nombre de livres sur le sujet, et les cristaux sont souvent mentionnés dans les articles des magazines et des journaux. La lithothérapie dépasse les frontières des croyances religieuses et spirituelles. Elle n'est plus considérée comme le domaine de la culture alternative, mais comme une thérapie complémentaire acceptable et plus courante, et de nombreux établissements d'enseignement supérieur la proposent désormais comme sujet de qualification.

Comme le résume bien cet article, le bienfait des pierres précieuses a toujours été reconnu par les différentes civilisations dans diverses régions géographiques du monde. En fonction des époques, l’importance des cristaux était plus ou moins mise en avant. 

Laissez un commentaire :